Comment ramener à la vie un défunt déjà décomposé dans un cimetière depuis des dizaines d’années, afin de le rendre vivant et actif, comme s’il n’avait jamais connu la mort?

daisy-1317232_960_720

Comment ramener à la vie un défunt déjà décomposé dans un cimetière depuis des dizaines d’années, afin de le rendre vivant et actif, comme s’il n’avait jamais connu la mort?

Comment reconstruire un cerveau humain? Comment rétablir une conscience dans un cerveau fabriqué? Comment créer la vie dans un laboratoire et en usine?

Il est impossible de pouvoir répondre à toutes ces questions dans cet article, mais d’y étudier des pistes médicales dans le cadre d’une forme de réanimation hospitalière. Le transhumanisme c’est de la médecine et de la chirurgie réparatrice.

AXE: CRÂNE-COLONNE VERTÉBRALE.

L’épopée de la résurrection des morts se fera avec la seule et unique intelligence des médecins, des ingénieurs, des scientifiques, des hommes d’affaires, des investisseurs et bien entendu des familles des défunts dans un premier temps. Cela deviendra incontestablement une très vaste industrie comme celle des médicaments des firmes pharmaceutiques qui génèrent à travers le monde des milliards d’euro-dollars. Nous pouvons dire que l’immortalité humaine et la résurrection des morts parfaitement et rigoureusement encadrée mettra sans doute un terme à la prolifération de l’espèce humaine au détriment des autres espèces animales, très nuisible à la survie de l’écosystème et qui à terme va engendrer l’extinction définitive de l’espèce humaine en raison de sa prolifération totalement incontrôlée et quasi incontrôlable. Les robots ne sont pas prêts de détruire l’homme qui ne pense qu’au sexe et à manger, et tant qu’il y aura de la nourriture sur terre, l’homme sera toujours présent sur la planète.

Dans un second temps cette épopée de la résurrection des morts va se faire avec une authentique armée de robots ultra intelligents et certainement aussi très stable sur le plan mécanique et locomoteur. Verrons-nous des sortes de robots médecins? Oui sans aucun doute, la SNCF à bien recruté pour renseigner ses passagers des robots chefs de gare.  On dit aussi que dans les pays arabes richissimes, que des robots policiers sont déjà actifs dans les rues. Tôt ou tard, l’ultra technologie remplacera l’homme dans des tâches. Insupportables pour se concentrer à l’agréable.

Comme il avait été annoncé dans d’autres articles scientifiques, ce sont les entreprises de pompes funèbres qui vont se lancer dans ce juteux business luxueux du transhumanisme car seuls les établissements des pompes funèbres sont autorisés à creuser les tombes et à ouvrir les cercueils, puis un convoie funèbre, après que les restes humains soient déplacés dans un nouveau cercueil transportera le défunt sans aucun doute dans un institut médicolégal ou un médecin légiste va procéder à l’examen des restes humains et procéder à des soins et désinfection des tissus osseux, tendineux et éventuellement ligamentaires et peut-être des organes sorti d’un cercueil.

Ces soins de désinfection sont aux frais intégraux des familles des défunts, il y aura des forfaits. L’Etat est mis à contribution moyennant cela est tout à fait évident, au paiement d’une taxe plus ou moins importante qui devra néanmoins cependant rester tout à fait raisonnable, il est hors de question de ruiner les familles.

Le médecin légiste pourra alors délivrer ainsi l’autorisation officielle du départ du défunt vers un établissement et de réparation et d’asepsie.

Le passage du défunt à l’institut médico-légal est absolument obligatoire pour d’absolue à raisons d’hygiène, d’asepsie et de santé publique, afin de ne pas contaminer la population avec des maladies, des bactéries et des micro les qui pourraient répandre la peste, le typhus, le choléra et bien d’autres maladies qui ont disparu depuis le moyen-âge.

L’urgence sera de scruter l’intérieur de la boîte crânienne à l’aide d’instruments de type ionisant dans le cimetière avant exhumation, ou bien de façon plus approfondie à l’institut médico-légal et d’y effectuer aussi des frottis internes et externes de la boîte crânienne. Les éventuelles restes de la matière cérébrale pourront nous donner de très précieuses informations qui nous aiderons à recréer le cerveau du défunt dans presque toute sa globalité, sous réserve que cette technologie soit disponible.

Ce qui manque par dessus tout dans la discipline du transhumanisme est la rigueur scientifique et les prises de notes contenant les échecs et les succès des expériences effectuées. 

Un scannage total et intégral du squelette en prévision de sa reconstruction et de sa réanimation futur. Mémoire et reconstruction d’un cerveau humain. 

Que savons-nous de la mort? Peu de choses. Des souvenirs post mortem? Seulement de vagues théories, quelques faits certains et rien de plus.

Trouver la mémoire, les mémoires du défunt à travers ses ossements extraits de son cercueil, et numériser tout cela pour reconstruire la conscience. La mémoire et la conscience ne sont pas que dans le cerveau disparu. Elles sont supposées être présentes aussi dans les ossements. S’il est possible à partir du squelette de déterminer l’âge du défunt, s’il s’agit, d’un homme, d’une femme, de sa race et de son régime alimentaire, il est donc réellement supposé qu’il peut y avoir d’autres données précieuses qui y sont inscrites comme dans le disque dur d’un ordinateur concernant sa vie privée et sa vie professionnelle. Il suffirait pour cela de posséder une technologie hautement supérieure à celle que nous possédons actuellement. 

Tout vient initialement du squelette, qui possède un lien étroit avec le cerveau à reconstruire via la moelle épinière également à reconstruire. 

BESOIN D’UNE INTELLIGENCE HAUTEMENT SUPÉRIEURE.

Il va de soi que les scientifiques et les ingénieurs se doivent de rattraper leur retard et d’agir en conséquence pour construirez des machines capables de bâtir un homme vivant et lucide avec leurs robots et leurs ordinateurs. Ceci est une exigence, cette machine fout être construite par des visionnaires pour qui tout est possible. 

LE CRÂNE HUMAIN

La régénération  des os passe aussi par la reminéralisation des dents à partir du crâne. Peut-on avec la génétique redonnera de la vie à de la pulpe dentaire, aux racines, ou bien alors faudra t-il se résoudre à arracher les dents pour y mettre à la place des implants dentaires? C’est une question qui mérite réflexion. Le crâne doit être prit dans sa globalité. 

Les ostéopathes affirment pour une minorité d’entre eux que la boîte crânienne serait une grosse vertèbre. Ce n’est pas idiot, car le coccyx qui est une queue qui ne s’est pas développée, qui n’a jamais poussée contrairement chez certains petits singes et autres vertébrés, remue imperceptiblement un peu comme la queue d’un chien ou d’un chat. 

La question de la régénération de la boîte crânienne est une obligation tout à fait incontournable afin d’y accueillir un cerveau vivant et viable. 

Redonner vie à toute la boîte crânienne, en faire un tissu osseux vivant artificiellement (hors circulation sanguine) en attendant un transfert dans un corps humain reconstruit est un secteur premier à exploiter et à envisager. Des prises de notes devront être effectuées dans un registre pour y consigner les résultats positifs, négatifs et neutres afin de faire avancer plus efficacement la recherche médicale de la réanimation post mortuaire à partir des restes mortuaires. 

Dans des articles diffusées en 2014, il était évoqué de couper le crâne en deux afin d’y placer un cerveau humain reconstruit en couveuse avec des cellules souches. L’affaire pourrait être réalisable et indispensable en raison du fait que la taille du cerveau sera approximative en fonction du fait qu’il s’agit du cerveau d’un homme ou d’une femme. 

GREFFE OSSEUSE:

Elle est faisable dans la théorie. L’impossible peur devenir possible. Il y a de nombreuses expériences à effectuer en laboratoire et d’y consigner de nombreuses notes pour favoriser les recherches futures.

La principale difficulté est de redonner la vie à un défunt dans un cimetière, réduit à l’état de squelette depuis des décennies, ou quelques années seulement. Il y a des problèmes certains de ré-hydratation à apporter, en raison d’une fragilité osseuse évidente pour certains défunts, des os friables à ménager, des soins de transfert infini à pratiquer lors du changement de cercueil. Que peut contenir cette greffe osseuse? Elle peut posséder des nanos robots vecteurs de médicaments, des antibiotiques à spectre large en particulier. Les nanos robots peuvent introduire du collagène, du calcium et du magnésium et bien d’autres briques et ciment de la vie, pour éventuellement réanimer les os comme la colonne vertébrale, puis tout le squelette.

Dans un article diffusé en 2015, il était évoqué l’utilisation d’un gel réparateur destiné à nettoyer, purifier et éventuellement nourrir les os et même de les hydrater, ce qui est capital. On peut aussi pratiquer une. Véritable greffe osseuse, avec des os naturels fabriqués avec des cellules souches ou bien du simple petit ossement conçu avec du calcium, du magnésium en autre. Une greffe truffée d’oligo-éléments destinés à remineraliser les os avec pourquoi pas le neurogel qui servira de complément et de traitement. La greffe très particulière contiendra éventuellement des antibiotiques à spectre large.

LA COLONNE VERTÉBRALE 

La moelle épinière forme un tout avec le cerveau. La réparation des vertèbres et l’introduction éventuelle du neurogel composé à 96% d’eau pour recréer une moelle épinière est une action envisageable. Une greffe cerveau + moelle épinière est une opération envisageable également. Neurogel est un produit breveté. (neurogel.org).

Le cerveau humain étant une centrale chimique et électrique pour ne pas dire électromagnétique, il y a aussi la question des hormones à traiter. Faudra t-il contrôler plus ou moins le cerveau humain durant son installation afin qu’il déverse les hormones indispensables pour une communication crâne-colonne vertébrale optimale? Faudra t-il doser fortement ou non la moelle épinière reconstruite ou en cour de reconstruction pour mieux se connecter au cerveau puis au reste du squelette? La question mérite réflexion, ainsi que sur le rôle des nanos robots.

FIBRE OPTIQUE

Dans un autre article diffusé vers 2015, il étai évoqué la possibilité éventuelle de l’utilisation de la fibre optique comme substitut de la moelle épinière afin de transmettre les informations à tout le système nerveux à partir du cerveau.  Que penser donc de la fibre optique à utiliser soit en cas de déficience du Neurogel (modèle breveté), ou en complément de celui-ci à titre provisoire?

Titre 1.

Recréer un cerveau humain à partir des restes éventuels des traces de conscience, de souvenirs à partir des os, avec des traces éventuelles de matière cérébrale.

Si de pareilles traces pouvaient être trouvées, cela pourraient tout changer, cela pourrait faciliter un retour à la conscience plus rapide du défunt, disons des fonctions primitives du cerveau et donc de sa fonction végétative et bien entendu réflexe.

Un examen de la structure atomique de l’ossature du défunt dans l’atelier de réparation, afin éventuellement de recueillir une mémoire des os et des activités passées du cerveau avant destruction, retrouver des traces d’une éventuelle conscience qui pourraient potentiellement revivre avec l’appuie de l’intelligence artificielle.

Une technologie qui n’existe pas encore et qu’il faudra inventer. Le squelette pourrait être une forme d’extension très potentielle de stockage des souvenirs, de la conscience et de l’intelligence du défunt.

LES PLANS DU CERVEAU.

Comme pour le moteur d’une automobile, le numéro de série figure sur le bloc ainsi que sur le châssis. Le véhicule possède un numéro que même la rouille ne pas effacer avec le temps. Il en est de même pour le squelette et la boîte crânienne de chaque individu. Dans un article diffusé il y a quelques années il était évoqué que le corps humain pouvait parfaitement se restaurer comme pour l’épave d’automobile. Une forme de numérotation, comme une forme d’emprunte digitale figure dans le crâne et sur le reste du squelette. 

Reprogrammer le cerveau humain à partir des traces laissées par celui-ci lorsqu’il occupait la boîte crânienne avant sa décomposition n’est peut-être plus une utopie. Que trouve t-on à l’intérieur du crâne? Des traces certes invisibles à l’œil nu de sa présence du temps de sa splendeur, mais celles-ci peuvent être matérialisées à l’aide d’instruments capables mieux qu’un scanner sans aucun doute, de capter la structure chimique et moléculaire d’un cerveau disparu ainsi que ses souvenirs, c’est-à-dire de sa conscience, bien que celui-ci soit réduit à l’état de poussière depuis des décennies. Ce n’est pas de la science fiction, c’est du futur et le futur est déjà le présent. Les États-Unis d’Amérique et sans aucun doute la Russie, possèdent ces instruments d’exploration destinés à l’ultra sécurité. La technologie que les services secrets des pays avancés utilisent, pourraient voir une application médicale; Il suffirait en toute simplicité et en toute logique de les utiliser à des fins médicales et paramédicales. Un défunt dans un cimetière est un très grand malade qu’il faut secourir au plus vite dans l’intérêt des familles.

Titre 2.

Peut-on régénérer à la quasi perfection tous les os du squelette humain sortis d’une tombe?

En théorie oui. Mais en pensant à certains soucis techniques cela peut dans un premier temps sembler peu probable, sauf erreur d’appréciation, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle, car dans le futur, tout pourra être résolu. 

Dans le squelette humain, les petites pièces peuvent se dégrader plus vite que les éléments plus gros comme le crâne, le bassin et le fémur, plus solides donc plus facile à traiter. D’où l’intérêt une fous le défunt sorti de la tombe, de le transporter à l’institut médicolégal pour un inventaire des pièces, les plus dégradées (les plus petites) seront reconstruites à l’identique par des start-up du vivant, ce qui est du domaine des biotechnologies.

L’intégralité du squelette demande de longues séances de soins avec, pour les grosses pièces osseuses, des poses de vis, l’introduction de sondes diverses que seules celles-ci peuvent supporter. Nous sommes déjà dans la chirurgie osseuse sur des ossements rigoureusement morts, des quasi fossiles que nous allons tenter de réanimer en commençant par les réhydrater et leur donner dans un second temps des caractéristiques de plasticité et de résistances aux chocs, des qualités indispensables propres au vivant pour le maintient en bonne santé de tout être humain.

Dans l’état actuel des connaissances, il est impossible d’affirmer s’il est possible ou non de réanimer les os morts sortis du cimetière et de leur donner des caractéristiques propres à des os vivants. Nous sommes seulement dans l’expérimentation scientifique, et à la limite, pour le moment seulement, il n’y a pas de grand espoir immédiat à se faire avec ce type d’expérimentation, ce qui importe le plus est de prendre des notes et d’y inscrire les résultats positifs, négatifs et neutres dans un registre, c’est une base de données qui va servir aux générations futures et aux industriels des biotechnologies.

Xavier Jaffré

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s